top of page

Le destin fabuleux de la petite pastourelle

Dernière mise à jour : 26 janv. 2023

Après avoir emprunté un des sentiers pédestres proposés sur la petite place de l’église,

faites une pause et découvrez ce fabuleux paysage de la vallée de la Cisse.




Le temps de votre pause, laissez vous raconter l'histoire fascinante et bien réelle de la petite Magdelaine Auger.



Oeuvre de Suzor COTÉ, La Pastourelle, Musée des Beaux Arts, Montréal


Le destin incroyable de Magdelaine Auger,

une petite pastourelle née à Orchaise, le 27 avril 1774, morte, princesse à Dubno en Ukraine, en 1850.


Découvrez cette histoire intrigante en admirant cette jolie vallée de la Cisse.

En 1850, mourait en Allemagne une ancienne princesse souveraine qui, par son testament, déclarait être née en 1774 à Orchaise près de Blois, et voulait disposer du tiers de sa fortune en faveur de ses descendants. L’exécuteur testamentaire de la princesse devant le refus de l’administration allemande fit personnellement des démarches et s’adressa ensuite à des Juifs allemands de Paris qui s’associèrent en 1856 avec l’éminent avocat Jules Favre. L’année suivante, l'avocat se rendit à Blois puis Orchaise et interrogea des vieillards, enquêta et finit par reconstituer, en partie, son histoire, et quelle histoire !


On raconte qu'une jeune bergère de 14 ans, d'origine du village de Orchaise disparue du jour au lendemain sans laisser de traces. C'était au mois d'octobre, car la jeune bergère s’était mise à l’abri du vent d’ouest, de là, elle pouvait voir ses moutons et au loin le vieux clocher de La Chaussée. Ce jour-là, vint à paraître sur la route, une brillante calèche de poste, précédée de deux chasseurs. La bergère attirée par ce convoi s'approcha. De l’intérieur de la voiture, un ordre est lancé dans un langage inconnu. La voiture s’arrêta, les deux valets descendirent précipitamment de cheval, enlevèrent la jeune enfant.

Des paysans travaillant à certaine distance du lieu du rapt, avaient remarqué l’équipage et son brusque arrêt, devant la masure. On finit donc par apprendre qu’un riche étranger emmenait avec lui, de poste en poste, une jeune fille, presque une enfant, et qu’ils s’étaient embarqués à Nantes sur un vaisseau allemand à destination de Hambourg.


Sous le nom de Mlle de Saint-Barthélemy, le riche étranger la confia à un couvent. Elle y reçut une solide éducation et y resta jusqu’à ses vingt ans. En 1794, le seigneur l’épousa et la fit princesse d’un petit état souverain.


Ainsi la jeune bergère devenue princesse ne retrouva jamais ses terres, mais le souvenir qu'elle garda de ses moments passés ici fut bien réels !


Si vous êtes intéressés par cette histoire fascinante, je vous invite à découvrir le récit complet sur ce lien ici : la Mairie de Valencisse vous retransmet le parcours et les études réalisées pour reconstituer cette incroyable histoire.




15 vues

Commenti


bottom of page