top of page

La terre des Loups

Dernière mise à jour : 26 janv. 2023

Autrefois, la forêt de Russy, de Boulogne et de Chambord ne formaient qu'une seule entité.

La forêt de Russy est devenue indépendante récemment avec le développement de la petite commune voisine de Mont-près-Chambord.

Lors d'une petite promenade sur ces allées aménagées, au carrefour de la Patte d'Oie à Saint-Gervais-la-forêt, remontez le temps, et plongez-vous dans les histoires oubliées de ces forêts.


Par exemple, savez-vous qu'ici même, on chassait le loup !






Il y en avait tellement, qu'une légende raconte que le nom de Blois, viendrait probablement de Bleiz en gaulois qui signifiait le loup. il fut un temps où cet endroit était la Terre de loups.



Remarquez le célèbre blason de Blois choisi par Louis XII : une évidence !


Et à votre avis, au Moyen Âge, quel était l'animal le plus craint par le peuple ?

Évidemment c'était Lui !


Bien que le sanglier, le serpent ou encore la chauve-souris comptaient parmi les animaux terrifiants, souvent associés au Diable, le champion toutes catégories était bel et bien,

le loup !


Pourquoi ?

D'abord parce qu'il semble plus intelligent que le sanglier, plus rusé et beaucoup plus difficile à repérer dans les bois, et de ce fait, à poursuivre et à tuer.

Puis le loup ne vit jamais seul. Avec sa meute, il se déplace et chasse. Ils peuvent vous surprendre et suivre vos traces sur plusieurs kilomètres et surtout, le plus terrifiant, c'est le seul animal qui ose s'attaquer à l'homme (attention, c'est ce que l'on pensait à l'époque !).

Aussi, contrairement aux dragons et aux autres monstres des contes ou légendes, on pouvait fréquemment tomber nez à nez avec un loup ( et s'il était de couleurs très sombres, il devenait encore plus terrifiant).

L'imagination et la peur des habitants grandissaient en écoutant les nombreux récits racontés par les voyageurs ou suite aux nombreux drames survenus à la croisée des chemins ou dans les champs.


Cette crainte, portée au loup, ne désemplissait pas et ce qui explique pourquoi

la chasse au loup se pratiquait ici même. Cette activité organisée, par les seigneurs, devint rapidement une tradition de haute distinction. Ainsi, François 1er n'avait-il pas pris l'habitude de proposer à ses plus fidèles alliés politiques une chasse au loup.

La forêt de Boulogne fut pendant longtemps, un lieu privilégié pour cette pratique très recherchée. Mais contrairement au chevreuil, au sanglier ou le daim, on ne courrait pas le loup avec une meute. On le prenait avec des pièges ou à l'affût après l'avoir attiré par quelques charognes. La chasse était plus difficile et "stratégique". Comme cité par Jean de Clamorgan, créateur de la Louveterie de France et écrivain d'un traité sur la chasse au loup, publié en 1574 "sur cent mille chiens courants que nourrit la France, pas un n'est capable de sortir un loup du bois".


Aujourd'hui le loup qui a joui pendant longtemps d'une mauvaise réputation n'est plus à craindre. Il a pratiquement disparu de cette terre et ceux qui ont été récemment aperçu, semble fuir l'homme.






29 vues

Comments


bottom of page