top of page

Les trésors cachés de l'église de Lavardin

Dernière mise à jour : 13 févr. 2023

L’église Saint-Genest,

un véritable trésor de l’Art roman

en Loir-et-Cher.




Préparez-vous à explorer une église qui recèle bien des trésors !

Emmenez vos enfants sur ce site incroyable et faites leurs observer ces précieux témoignages de l'Art roman et le riche passé de cette église.




Première étape : observez ensemble les petites sculptures extérieures.

Faites- leur faire un jeu d'observation : retrouvez les détails typiques de cette période romane.

  • Le visage d’un guerrier barbu avec une forte moustache (façade sud côté presbytère).

  • Le portrait d’une jeune femme habillée à la mode romaine, qui rappelle la belle période de l’Antiquité qui représente un signe du zodiaque, la balance (au-dessus de la fenêtre centrale de l’abside).

  • Un peu plus loin, deux autres symboles du zodiaque, le gémeaux et lion (autrefois, il y avait aussi le capricorne à côté aujourd’hui disparu).

  • Visible encore, une représentation que l'on nomme "une cartouche", de deux ouvriers ou architectes, l’un tient un compas, l’autre, une équerre.


Ces sculptures appartiennent au style roman. En ces temps-là, les églises sont bâties pour être le lieu de rencontre entre l’homme et Dieu.

Les clercs prient, les nobles combattent et les paysans travaillent. Le peuple ne sait ni lire ni écrire, c'est grâce à l'Art que l’Église va enseigner et transmettre les récits des Saints et des Saintes, des sujets de la Bible, ce qui est Bien, ce qui est Mal et parfois les portraits des bâtisseurs comme ici (évêques, architectes, seigneurs).


Il existe deux styles au Moyen Âge : celui-ci appelé l'Art roman qui naît vers 950 et le second, l'Art Gothique qui arrive plus tard, au cours du XII siècle.

L'Art roman est un style sobre, parfois austère qui ressemble à l'Art antique notamment romain. On le qualifiait autrefois de "gothique ancien".


Deuxième étape : visitez l'intérieur et cherchez l'intrus !

Admirez ces fresques qui habillent les murs de cette église !


Vous ne remarquez rien ? Les scènes sont nombreuses et plutôt confuses.

Vous savez pourquoi ? Car ici, il y a plusieurs époques qui se superposent et donc plusieurs styles !

La plupart des fresques furent réalisées au cours du XIV jusqu’à l’extrême fin du XV siècle. Cependant, il y a une figure qui ne ressemble à aucune autre.


Cherchez- la !



Le Baptême du Christ est notre intrus !

(photo ci-jointe)


Le baptême du Christ surprend : regardez ses lignes simples, longues et la pureté du dessin. Les traits synthétiques qui forment le contour de la figure du Christ.

Ici on voit toute la force de l’expression du dessin, rien de naïf ni abstrait. Cette importance dans le trait net nous renvoie aux styles des enluminures anglo-normandes.

Mais pourquoi ce style si éloigné des traits de l'Art roman, est-il représenté ici ?

Il ne faut pas oublier que les Anglais mirent deux fois le siège devant le château. On suppose donc que ce dessin là, fut réalisé par un artiste étranger. C'est un témoignage rare de la Guerre de Cent ans où les Anglais ont parfois laissé quelques influences sur leur passage.



Remarquez également d'autres détails :


  • Sur les chapiteaux qui datent du XI siècle, nous retrouvons des représentation de figures noires (des représentations rares), était-ce un roi mage ou Marie l’égyptienne ?.


  • Nous pouvons observer aussi un apôtre sur chaque pilier de la nef à droite. Il y a ici également l’emblème du péché sous les traits de ces créatures allégoriques enlacées.


  • Au milieu de l'église, notez cette pierre tombale qui date du XVI siècle. On y lit une inscription sur cette tombe, tentez de retrouver le nom du défunt : "IL GIST CY DAVANT ET REPOSE FLORANT TISSART DE BONRENONUN HONNESTE HOME DIRE JOSE DU ROY FRANCOIS PMIER DE CE NOM ESTOIT UNG VARLET DE FOURIERE FAISONS A DIEU POUR LUZ PRIERE OUILVEILLE PAR SA SANCTE GRACE EN PARADIS LUY DONNER PLACE DISANT CHMAS A DEVOTION PATER NOSTER OU AULTRE ARAUISON REQUIESCAT IN PACE AMEN 1547".


Pour terminer cette petite découverte, prenez le temps d'admirer le dessin de ces fresques : on remarque un trait gracieux et une certaine aisance dans ces lignes qui apportent une touche élégante et vibrante, loin de l’abstraction et la sobriété fortement recommandée par l’Église, qui souhaitent conduire grâce à ces dessins, à la voie du recueillement et de la méditation.

Cette touche si particulière dans ce dessin, nous la retrouvons un peu partout dans le département. C'est pourquoi, ces témoignages tendent à prouver l’existence d’une

école de peintres décorateurs établie sur les bords du Loir. Une belle surprise qui témoigne du riche passé de cette région et de son incroyable production artistique.


N'hésitez pas à consulter la base de Mérimée qui décrit les œuvres d'art et les objets exceptionnels de cette église.


Après avoir exploré cette magnifique église, partez découvrir une civilisation aujourd'hui méconnue : les Carnutes






160 vues

Comments


bottom of page